Le Service projet à Sikensi
[ASMU] Atelier de renforcement de capacité des Maîtres Artisans Formateurs (MAF)
[IDDH] "The life of an economist"
Conférence organisée par les étudiants de L2 économie
[ASMU] Lancement officiel de la 16e session de formations du Pôle social
[ASMU] Les apprenti-e-s sportives et sportifs !
Formation CNV
équipe de l'ASMU
Dernière visite terrain à San Pedro
Projet de redynamisation des CRASC
[CERAP] Cérémonie de remise de diplômes aux étudiants de l'IDDH


2018 02 ONU femmes Korhogo couv

 

Du 11 au 16 février 2018, s’est tenu un atelier de  formation à l’intention des professionnels des médias et des griots de la ville de Korhogo. Cette session, exécutée par l’ONG Animation Rurale de Korhogo (ARK) sous la supervision du Centre de recherche et d’action pour la paix (CERAP), se situe dans le cadre du projet « Encadrement des partenaires et appui aux formations du projet ONU Femmes sur le rôle et la participation des femmes dans la prévention des conflits, la création de la paix et la mise en réseau de mécanismes d’alerte précoce en Côte d’Ivoire ».

Le CERAP, représenté par Madame OUADAN Marie-Louise, directrice administrative, et Monsieur GADE Charles, consultant-formateur, avait pour mission essentielle de renforcer les capacités du partenaire local, l’ONG ARK, par le coaching et l’encadrement de ses formatrices.

Cette mission d’expertise a débuté par une séance d’échanges entre l’équipe du CERAP et les formatrices de l’ONG ARK. L’objectif de ce travail préparatoire visait à coacher ces formatrices  pour ensuite assurer la formation. Deux journées ont été dédiées à l’atelier (13 et 14 février) et une journée pour la mise en place d’un plan média avec les journalistes et les griots. Ces derniers auront pour mission de poursuivre la sensibilisation auprès des populations en vue de l’implication des femmes dans les mécanismes de gestion de conflits.

L’atelier a accueilli 12 auditeurs dont  des journalistes de la presse écrite, de la radio et des griots. Les modules de la première journée portaient sur les droits de la femme et le genre.

Le droit à la propriété, et plus précisément le droit à la terre pour la femme a fait l’objet d’un débat car, à Korhogo, la société traditionnelle est régie par un régime matrilinéaire. Selon ce régime, l’héritage des terres familiales revient prioritairement aux neveux. Malgré les nouvelles dispositions de la loi ivoirienne, qui accordent les mêmes droits à l’homme et à la femme, les femmes en restent malheureusement trop souvent en marge de la redistribution du patrimoine foncier familial « korhogolais ».

 

2018 02 ONU femmes Korhogo 11Madame OUADAN a ensuite exposé brièvement le code de déontologie des médias en Côte d’Ivoire. Son intervention visait à encourager les professionnels des médias présents à faire un bon usage de l’information dans l’exercice de leur profession tout en s’inscrivant dans le respect des règles prescrites par ce code. Selon le sondage qu’elle a fait séance tenante, les professionnels du secteur présents n’étaient pas assez informés et peu – voire aucun – n’avait lu le code dans son intégralité. Plusieurs ont exprimé leurs préoccupations sur le sujet concernant la bonne utilisation de l’information. Pour eux, les contingences du terrain les obligent parfois à recourir à des voies détournées pour obtenir l’information et l’utiliser. À ce titre, ils ont notamment dénoncé la rétention d’informations par les structures et les acteurs publics dans le département de Korhogo.

 

 Le module sur le genre a permis de pointer les nombreux stéréotypes qui persistent à Korhogo. Ceux-ci constituent des obstacles majeurs dans l’émancipation de la femme.

Les participants ont cependant relevé que les mentalités, petit à petit, évoluent - notamment à l’égard de la femme et de la jeune fille. Pour illustrer cette nouvelle réalité, les participants ont fait référence aux effectifs de filles à l’école primaire qui sont, depuis peu, en hausse. Ils ont également relevé qu’à Korhogo il y aurait de moins en moins de filles et de femmes de ménage, car les parents envoient leurs filles à l’école et il y a de plus en plus de femmes entrepreneurs.

Lors de la deuxième journée, les participants ont été amenés à réfléchir sur des problématiques et en dégager des pistes de solution. À l’unanimité, les différents groupes ont décrié la mauvaise image de la femme dans l’ensemble des médias en Côte d’Ivoire. Voici certaines des recommandations faites :

  - interdire les projections dévalorisantes de la femme dans la presse,

  - instaurer un code de bonne conduite dans les places publiques en exigeant aux femmes une tenue vestimentaire correcte,

  -  poursuivre les réformes gouvernementales sur l’amélioration de l’image de la femme à travers les médias et mettre en place un comité qui sera en charge de veiller à l’application de ces réformes,

  garantir une implication des structures de l’État en charge de la régulation du secteur de la presse afin que soit promue une l’image positive de la femme dans les médias,

  proposer des lois interdisant la projection d’images dégradantes de la femme et s’assurer que les initiatives de sensibilisation s’appuient sur ces lois,

  promouvoir, à travers les médias, des exemples de femmes modèles ayant réussi à travers l’école, l’entrepreneuriat, etc.

 

Enfin, un exposé a permis de présenter les mécanismes de prévention de conflits et le système d’alerte précoce. Pour mettre en pratique leurs acquis, les participants ont exécuté un jeu de rôle : des journalistes devaient négocier la diffusion d’une série d’émissions faisant la promotion des droits de la femme et de sa participation aux instances de prise de décision et de prévention de conflits auprès de responsables d’une chaine de radio. Au cours de cette mise en scène, chaque groupe s’est efforcé à appliquer les connaissances théoriques acquises lors de la formation (la constitution des groupes de négociateurs, la préparation de la négociation, l’organisation de la rencontre entre les parties prenantes, la formulation du sujet de la négociation, la recherche de solutions gagnantes-gagnantes autour des intérêts en jeu, la formulation d’accords, etc.). À la fin de l’exercice, les échanges entre les parties prenantes ont abouti à l’adoption d’un accord pour la diffusion d’émissions faisant la promotion de la femme à travers la radio.

2018 02 ONU femmes Korhogo 15

 

Cette mission s’est achevée avec la remise du document manuel « Guide pratique du dialogue démocratique » conçu et rédigé par le CERAP, à chaque participant et représentant des médias.