CERAP et UE à la RTI
Projet de carographie des organisations de la société civile ivoirienne
CEDOC
Centre de documentation du CERAP-IDDH
Jeunesse Africaine: bombe à retardement ou opportunité historique?
Formation VBG: réalités de l’excision
Rencontre du RASEP de Cocody au CERAP
Quelle est l'identité du CERAP?
Fruits d'une réflexion commune avec l'ensemble du personnel le 16 juin 2017
Rencontre pédagogique 2017-2018
CERAP-IDDH
UE et CERAP: renforcement des CRASC
Redynamisation et appui à la société civile
Messe solennelle de rentrée
CEDOC
Centre de documentation du CERAP-IDDH
Trophée de l’écocitoyenneté de l’ASMU
Étudiants, apprentis et volontaires: tous ennsemble
8 septembre: journée internationale pour l'alphabétisation
le CERAP et l'ASMU s'engagent!
ASMU
Nos apprentis
ASMU auprès de la jeunesse de Azaguié-Blida
Service projets au Mont Nimba
Restitution et échanges, 6 octobre 2017
L'équipe de l'ASMU
Vendredi au CERAP-IDDH: honneur aux tenues traditionnelles africaines


PROJET DE REDYNAMISATION

DES CENTRES REGIONAUX D’APPUI À LA SOCIÉTÉ CIVILE

 


L’Union européenne et le Centre de Recherche et d’Action pour la Paix (CERAP)

déterminés pour le renforcement des capacités des CRASC

 


Convaincue que la société civile doit être positionnée comme un acteur stratégique pour une meilleure gouvernance dans le secteur public, l’Union européenne ne cesse de travailler à la dynamisation des organisations de la société civile ivoirienne. C’est dans ce cadre que, pendant trois jours, le Centre de Recherche et d’Action pour la Paix (CERAP) a, à la faveur d’un atelier de renforcement de capacités, permis aux responsables des Centres de Redynamisation et d’Appui à la Société Civile (CRASC) de bénéficier de formations en outils de gestion associative.

 

2017 11 CERAP UE CRASC travailEn effet, du jeudi 2 au samedi 4 novembre 2017, l’équipe de recherche, en charge du pilotage du projet de réalisation d’une cartographie de la société civile ivoirienne et de la redynamisation des CRASC a animé des formations à l’endroit des responsables exécutifs desdits centres.

La mission conduite par le Père Arsène Brice BADO, coordonnateur du projet, a proposé cinq formations et un mini-atelier de suivi évaluation. Pendant trois jours, les participants ont assidument travaillé sur l’élaboration et la mise en œuvre des outils de gestion associative à savoir : le manuel de procédure, le plan de développement stratégique, le plan de levée de fonds, le montage de projets et le plan de plaidoyer. Pour les organisations de la société civile, ces outils sont d’autant plus importants qu’ils sont très souvent exigés par les bailleurs et autres partenaires financiers pour les demandes de financement.

 

Ce fut donc une aubaine opportunément saisie par les responsables exécutifs des CRASC à qui revient désormais la lourde tâche de travailler à la redynamisation de leur centre afin de leur permettre d’assumer leurs missions.

En effet, crées en 2015 à la faveur du projet LIANE 1 « Leadership et Initiatives des Acteurs Non Étatiques », les Centres Régionaux d’Appui à la Société Civile sont censés servir de structures pérennes et de creusets de partenariat entre les acteurs de la société civile puis entre elles et les collectivités territoriales. L’ensemble des régions du territoire national avaient été réparties entre cinq CRASC à savoir le CRASC Nord à Korhogo, le CRASC Sud à San Pedro, le CRASC Est à Bondoukou, le CRASC Ouest à Man et le CRASC Centre à Bouaké. Ils devraient, par ailleurs, offrir des opportunités de renforcement de capacités, d’appui technique et servir d’espace de concertation entre les Organisations de la Société Civile (OSC), les collectivités locales décentralisées et les autorités administratives, entre les OSC et le secteur privé ainsi qu’entre OSC et Partenaires Techniques et Financiers ou OSC et Organisations Non Gouvernementales Internationales.

 

2017 11 CERAP UE CRASCSeulement, depuis la fin de LIANE 1, les ambitions affichées semblaient déjà passer aux oubliettes. Soucieux de redynamiser ces structures dont l’opportunité pour la vie des OSC n’est plus à démontrer, le CERAP avec l’Union européenne ont donc initié l’action de redynamisation des CRASC. Celle-ci vise à accompagner les CRASC dans leur processus d’autonomisation et à faire des CRASC des dispositifs régionaux de mutualisation des services et d’appuis divers aux organisations de la société civile.

Ainsi, l’atelier de Yamoussoukro visait d’une part à appuyer les responsables des bureaux exécutifs des CRASC dans l’élaboration de principaux outils de gestion associative, et d’autre part à les outiller aux fins de la mise en place d’un pool d’expertise profitable à toutes les OSC membres.

 

L’équipe de recherche