Visite du Secrétaire pour l’Education Supérieure de la Compagnie de Jésus au CERAP

 

2019 03 27 CERAP visite garanzini michaelPère Michael Garanzini sj, Secrétaire pour l’Éducation Supérieure de la Compagnie de Jésus à Rome, a effectué un séjour en Côte d’Ivoire du 24 au 28 mars 2019. Il était accompagné de trois autres jésuites : Abel Ndjomon (Doyen de la facultué de Sciences Sociales et de Gestion à l’Université Catholique d’Afrique Centrale -UCAC- Yaoundé Cameroon), Père Joseph Christie (Doyen de l’école de business XLRI, Maduraï, Inde), Matthew Carnes (Directeur du Centre pour les Etudes Latino-Américaines, Georgetown University). Cette visite s’inscrit dans le cadre de la promotion de l’éducation jésuite, et du renforcement des capacités académiques de l’Institut Universitaire Jésuite.  Pour rappel, la pédagogieignacienne, insiste sur le soin et l’attention à donner à l’apprenant, l’incitant à être proactif dans son milieu et l’encourageant à l’ouverture à tous, au respect de la vie, et à un progrès qui soit au service de l’humanité.

Les hôtes de l’Institut Universitaire (CERAP/IDDH) ont tour à tour rencontré le personnel, les premiers responsables du CERAP, les étudiants, les professeurs vacataires, le personnel de l’IDDH et les professeurs Associés, à savoir Prof Aka Bédia (Prof Titutlaire d’économie à l’université Allassane Ouattara de Bouaké) et Prof Meledege Djedjro (Prof Titulaire de droit à l’université Félix Houphouët Boigny de Cocody).

La dernière étape clé de la visite du Secrétaire pour l’Éducation Supérieure de la Compagnie de Jésus, le Père Michael Garanzini, a été la conférence publique qu’il a animée le mercredi 23 Mars 2019 au Centre de Recherche et d’Action pour la Paix (CERAP) sur l’Association Internationale des Universités Jésuites (IAJU). Cette conférence a vu la participation de nombreux étudiants de l’Institut Universitaire Jésuite. Après le mot de bienvenue (Akwaba) du Directeur Général, le Père Eugène Goussikindey), Le Père François Kaboré, Directeur de l’institut universitaire jésuite du CERAP, a précisé l’objet de la visite du Secrétaire pour l’éducation supérieure jésuite et à remercier les étudiants pour leur participation massive à la conférence.

 Prenant la parole à son tour, Mlle GOULIN François, étudiante en Master II, Droit des Affaires et porte-parole des étudiants, s’est attelée à décrire la vie estudiantine dans son ensembleet à saluer la qualité de l’éducation reçu à l’institut universitaire pour  faire de notre société un havre de paix où la dignité de la personne humaine occupe une place importante.

2019 03 27 CERAP visite garanziniSuite à ce brillant discours traduisant la pensée de tous les étudiants du CERAP, ce fut à l’éminent conférencier du jour d’entretenir l’assemblée. Il a commencé par présenter l’Association Internationale des Universités Jésuite (Internationale Association of Jesuit Universities, : www.iaju.org ), une association constituée de plus de 200 universités jésuites à travers le monde. Cette association vise à promouvoir la paix et la réconciliation, la justice et la foi par la recherche et la formation afin de parvenir à une société plus juste et plus humaine.  Elle vise également à promouvoir la collaboration et le partage d’expérience entre institutions membres à travers la création d’un réseau dynamique d’associations régionales d’établissements d’enseignement supérieur jésuites. Pour l’afrique, les universités jésuites sont rassemblées au sein de l’Association of Jesuit Colleges and Universities-Afrique et Madagascar (IAJU-AM). Il a ensuite structuré le reste de son intervention autour des principes régissant l’éducation jésuite, des défis auxquels sont préparés les étudiants et enfin les objectifs de la formation jésuite. Père Michael Garanzini a terminé en lançant un appel à tous « Il est impératif pour notre société de repenser son système d’éducation. Il nous faut inculquer à des hommes et femmes doués, une éducation complète, telle l’éducation jésuite, afin de les rendre aptes à affronter les grands défis contemporains que sont les inégalités entre classes sociales, la migration, la crise écologique et environnementale, le fondamentalisme et l’évolution de la technologie ».

Session de questions-réponses, prestations musicales effectuées par le club musique de l’institut universitaire du CERAP sont autant d’éléments ayant ponctué cette activité qui a pris fin sur une note de convivialité et de partage autour d’un cocktail.

Retour