Lettre de St Ignace de Loyola concernant la crise du Coronavirus (4 conseils pour gérer mieux notre angoisse concernant le virus)

Chers humains sur la terre,

Je vois qu’il vous est difficile de trouver la bonne attitude vis-à-vis du coronavirus. Ce n’est pas étonnant. Depuis des décennies les sciences ont fait un tel progrès que vous êtes parvenus à croire qu’en un rien de temps une solution se trouve pour tout problème. Maintenant il est clair pour le monde entier que c’est une illusion. Pour beaucoup d’entre vous c’est très déstabilisant.

2020 CERAP lettre Ignace Loyola 3Moi-même je me suis battu pendant une bonne trentaine d’années avec une maladie chronique. Comme supérieur général de l’ordre des Jésuites en pleine expansion, j’étais pendant 15 ans confronté quotidiennement avec tant de problèmes insolubles. Je voudrais vous donner 3 conseils pour traverser ces temps difficiles. Je vous les donne de par ma propre expérience.

 

 

  1. Soyez obéissants aux médecins, aux scientifiques et aux autorités compétentes comme si c’était Dieu lui-même. Même si vous n’êtes pas d’accord avec leurs conclusions et vous avez du mal à les comprendre, soyez suffisamment humbles pour accepter que cela vaut la peine de faire confiance à leur connaissance et leur expérience. Cela vous donnera une conscience tranquille et vous permettra d’apporter votre contribution pour la solution de cette crise.
  1. Préservez-vous de l’angoisse. L’angoisse ne vient jamais de Dieu et ne mène pas à Dieu ! L’angoisse vous murmure souvent toutes sortes de raisons pour avoir peur. Il y a bien sûr du vrai. Seulement, il ne faut pas vous laisser prendre par l’angoisse. Le Seigneur est bien là pour vous, aussi maintenant ! Cela je le sais d’une source céleste bien renseignée. L’expérience m’a appris qu’Il écrit droit sur des lignes terrestres courbées. Osez croire à cela !
  1. En temps de crise vous n’avez pas moins besoin de prière, plutôt plus. Octroyez vous de vous désaltérer à la Source de son Amour. C’est le meilleur antidote contre l’angoisse.
  1. Enfin, n’oubliez pas dans ce temps de vivre et de ‘profiter’ de la vie. Quoiqu’il arrive, chaque seconde qui vous est donnée est un cadeau précieux. À cela, le coronavirus ne peut rien changer !

En communion avec vous en prière incessante !              

2020 CERAP lettre Ignace Loyola 2

Retour