1. Projet sur l’interface entre la thérapie religieuse et la santé publique

 Il est financé par Nagel Institute (USA) et supervisé par Cape Town University (Afrique du Sud), dans le cadre du volet Sciences Sociales de « Christianity and Social Change. » Il s’agit de mieux comprendre comment l’essor de la thérapie religieuse impacte les choix de santé des populations. Elle débouchera sur un policy brief sur thérapies religieuses et santé publique.

 Statut du projet : approuvé et contrat signé (en cours d’exécution).

Durée du projet : 18 mois.

Ce projet a démarré le 03 mars prochain avec l’atelier méthodologique et les enquêtes de terrain sont en cours jusqu’à la fin de ce mois. Il bénéficie de l’appui d’un assistant de recherche, Mr Boris Glodé, doctorant en sociologie à l’UFHB. Implication d’un étudiant de Master en Droits de l’homme et Action Humanitaire qui fait son mémoire sur les enjeux des thérapies religieuses pour le droit à la santé en explorant le cadre réglementaire.


 

  1. Projet sur religion et modernité

 Ce projet financé et coordonné par Notre Dame University (USA) vise à contraster les perspectives religieuses (catholiques et musulmanes) et séculières sur certaines grandes questions auxquelles sont confrontées l’humanité actuelle. Nous travaillerons plus précisément sur la réception de la récente réforme du code de la famille en Côte d’Ivoire et les enjeux pour les questions du genre.

 La mise en œuvre se fait en collaboration avec le Laboratoire d’anthropologie économique et d’anthropologie des appartenances symboliques (LAASSE) du Professeur Roch Gnabeli, Professeur titulaire de sociologie à l’UFHB.  Deux étudiants de Master en Droits de l’homme et Action Humanitaire font leurs mémoires sur des aspects de ce sujet.

 Statut du projet : Construction des outils de collecte de données en cours.

Durée du Projet : étalé sur trois ans (2015-2018)


 

  1. Projet Religion et violence

 Ce projet est initié et financé par Missio pour explorer les causes profondes de la violence à connotation religieuse en Afrique subsaharienne. Le CERAP collabore à ce projet aux côtés d’autres institutions comme HIPSIR (Hekima Institute of Peace Studies and International Relations) qui travaille sur la Tanzanie, CEFOD (Centre d’Etude et de Formation pour le Développement) qui travaille sur le Tchad, la Communauté San Egidio qui travaille sur la Côte d’Ivoire. Le CERAP travaillera sur le Mali. Un étudiant de Master 1 déjà identifié fera son mémoire de Master 2 sur le sujet et participe au montage du projet.

 Statut du projet : Approuvé  (document projet cours d’élaboration).

Durée du projet : 6 à 8 mois